The Pandemic may encourage fraudulent practices and in particular "crisis cartels", which aim to limit the economic impact of the situation. Antitrust authorities keep a watchful eye on this risk, particularly because of the direct impact it has on consumers.

FTI Consulting’s Resilience Barometer® survey results show that amongst G20 companies, 30% of companies expect to be investigated by the authorities regarding their business practices and customer relations in the next 12 months. In addition, 26% of companies expect regulators to pay particular attention to abuse of dominance and antitrust issues.

Successive lockdowns have effectively interrupted antitrust investigations on the field, however dawn raids resumed as soon as the strict lockdown measures were relaxed, and there is no doubt that this trend will increase in the coming months.

Even if most companies already have a competition compliance program and a dawn raid response plan in place, adjusting these plans in light of the current hybrid work environment that combines remote and in-office work, as well as an expanding use of new communication tools may be worthwhile.

Training, mock dawn raids, and even targeted audits of mailboxes of particularly at-risk functions are all measures that can be judiciously organised in collaboration with lawyers and IT forensic experts.

These experts would be able to educate stakeholders on how IT search and seizure functions work, and make use of dedicated document review tools both of which are critical when conducting internal audits or responding to dawn raids.

According to the FTI Consulting Resilience Barometer®, 78% of the respondents have been negatively impacted by a cyber-attack in the last year.

The health crisis and changing working patterns have contributed to an increase in these types of threats, by widening the surface of exposure of companies to these types of attacks.

The use of remote working, the lack of user awareness and the acceleration of the digital transformation of companies, are all factors that have increased the vulnerability to cybercriminals. 

Cyber threats do not only damage company data, they can also expose third-party data, causing deletion, deterioration or alteration.

In France, 28% of companies admit to having suffered the loss of customer or patient data during the last 12 months.  

When personal data is involved, it is strictly regulated by the GDPR and its protection is a key issue for the company. Personal data breaches require from organizations to take prompt measures to identify, secure and notify the compromised data in order to limit risks for data subjects, and to protect itself against sanctions.

Since GDPR came into force on May 25, 2018, the enforcement authorities - including the CNIL in France - have issued several sanctions against companies that do not abide with the regulations surrounding the protection of personal data. 

Conscious of the increasing controls and investigations in this area, 29% of companies surveyed in France expect to be investigated or subject to controls on personal data issues over the next 12 months.

It should be noted that the CNIL investigate both with the Controller and with its Processors (suppliers, service providers, outsourced services, etc.). The use of a processor does not exempt the company from its responsibility to protect personal data. 

However, more than half of the companies surveyed in France (58 %) admit to not fully understanding the cyber risks generated by third parties. 

Such risks need to be controlled through proven mechanisms and processes such as privacy by design process, third party assessment programs, risk and privacy assessments, diligences and audits, policies and protocols for governance and use of data by suppliers. These controls should be initiated at an early stage of the selection process and maintained throughout the outsourcing relationship.

As privacy issues are closely linked to technological and cyber developments, they are constantly evolving. In recent years, the regulation of personal data has been strengthened and companies have put a lot of effort into complying.

While some companies still take corrective action once the "privacy" issue has appeared, others have adopted an approach of preparation and prediction in order to identify the issues, risks and potential blockages early on and to manage them before they arise. In France, half of the companies surveyed say they are proactive in dealing with personal data issues. 

A proactive and preventive approach to privacy converges with the resilience process, as it requires:   

  • Robust implementation of good information governance (data quality, data mapping/data lineage, etc.).
  • A need for assuring  IT and security best practices (IS processes and procedures, security reinforcement, IT controls, etc.).
  • Setting up active monitoring systems on cyber risks and threats, but also on emerging privacy topics and regulations to adapt quickly to changes.
  • Training staff on data protection topics in order to promote a "privacy culture" within the organisation. 
  • Considering risks linked to personal data when developing new products, setting up new projects(privacy by design approach).
  • Acquiring appropriate skills, technologies and tools that will allow for appropriate response to privacy concerns.  

 

Privacy issues can cause significant risks for organisations (risk of financial penalties, risk of non-compliance, reputation risk, etc.) and if not properly tackled, they can result in the collapse of the business.

These risks are so important that they are integrated into the decision making related to topics such as to mergers and acquisitions. In this context, "privacy" seems to be of such importance that, 2/3 of the companies surveyed in France acknowledge that data protection issues have had an impact on their decisions (i.e. M&A decisions).

Risks identified during the due diligence process are considered when deciding to proceed with deals, and also when negotiating deal terms. Consequently it makes sense to consider privacy topics and GDPR compliance during this process as well. Auditing privacy aspects such as  processing registers, subcontractor contracts, third-party assessments, policies (personal data policy, customer information policy, cybersecurity policy, etc.)  allows companies to accurately evaluate risks and to decide whether to proceed with deals.  It also helps in fixing the transaction price and in making decisions on future liabilities.

The subject of privacy does not end with the closing of the transaction, as both entities will have to keep harmonising and jointly organising their compliance approaches. 

Companies are facing new challenges with the use of new collaboration tools and a remote work environment.  27% of surveyed companies faced difficulties when conducting investigations in the remote work environment.

The need for investigations of fraud, illegal practices and illicit behaviours remain important in a context marked by the pandemic. As business continuity requires the use of collaboration and messaging platforms such as Teams, Zoom, OneDrive or Slack, challenges have expanded. This has resulted in an explosion of data types and volumes that are now coming to the fore as potential sources of evidence in matters.

Remote working has also made it more difficult for organisations to facilitate the collection of electronic evidence in a timely manner. Responsive data is now often stored on company or personal devices, that stay in employees’ homes, making them less physically accessible, and with lower-speed connections, than if they were centralised in a corporate office.

Moreover, with most employees working from home, more corporate data is residing in personal environments, potentially on personal devices (BOYD).

These factors have increased the need and demand for deep technical expertise and adaptability to new sources of evidence.

The unprecedented media coverage of the Covid-19 pandemic and the assertion of new risks for companies (attacks on their IT systems, climate change, etc.) have greatly impacted the way executives deal with reputational risk. Amongst G20 corporate executives, 75% have had to make decisions during the crisis with potential consequences for their company's reputation, which runs the risk of being directly confronted with the court of public opinion.

Whilst G20 countries seem to be returning to relative 'normality' thanks to the progress of their vaccination programs, companies believe that some issues will remain at the heart of media attention over the next 12 months. French business leaders have identified use of government funding, IT attacks and vulnerabilities, post-crisis employee well-being, and data privacy as key reputational issues.

 These circumstances have equipped executives with a greater awareness of the risks linked to insufficient preparation for crisis management, hence they have adopted a new way of thinking in terms of anticipating sensitive communications. As a result: 97% of surveyed executives say that they will invest in various crisis preparedness programs over the next 12 months. In France, updating business continuity plans (38%), risk identification and preparedness programs (38%), and cyber risk management (39%) are at the top of the list of concerns.

Company relations with the public authorities as well as the position of the company in the public sphere are at the heart of the executives' concerns, more so than ever before.  Amongst G20 companies, nearly a third of the executives believe that government policies, as well as regulators, could strongly impact their company's performance and strategic business plans. 

The Pandemic has fundamentally changed the dynamics of the relationship between governments and the private sector; support through stimulus packages is often conditional on social or environmental commitments and expectations regarding the societal contributions of companies are higher than ever. This trend is expected to accelerate further in 2022. Among the French companies surveyed, 71% said they are under greater pressure to demonstrate the strength and validity of their corporate responsibility policies when receiving government grants or subsidies.

Demonstrating awareness of changing political and societal expectations is now an expectation of businesses. 84% of French Corporate Executives say that companies should be run in the interests of all stakeholders, not just shareholders. In addition, 70% of these Corporate Executives believe that they have a responsibility to communicate their views on social and political issues. The recognition of the need to engage with stakeholders regarding the company’s role in society shows that a significant majority of leaders are now willing to engage proactively and consistently with the public.

Whether it is because of the pandemic, the climate and environmental emergency or  other pertinent debates that are rippling through society, the theme of sustainability is now strongly anchored in the opinions of both French and international  business leaders.

Within companies, ESG is no longer a secondary concern. It is now a major component of business strategy and is a primary  consideration throughout the value chain. More than a third of CEOs say that they are under extreme pressure to improve their company's ESG performance. Furthermore, 30% of the companies surveyed expect to be investigated by regulatory or governmental bodies in the next 12 months regarding their ESG practices and 30% also said that they would like to complete an M&A transaction in the coming year that would allow them to improve their ESG performance, solidifying the importance of ESG in business practices.

In response to this increased attention from all their stakeholders, 95% of G20 companies have increased their ESG commitments over the past 12 months. Their actions have been mainly focused on implementing measures to establish quality management (42%), better manage their resources (38%) and reduce their environmental impact (37%).  However, in France, corporate executives recognise that they need to do more when it comes to climate action plans (29%), integrated sustainability strategy (27%), talent attraction and retention (25%) and ESG reporting (23%).

Comme toutes les périodes de crise, la crise sanitaire actuelle est une période favorable à l’apparition de pratiques frauduleuses et notamment de « cartels de crise » visant à limiter l’impact économique de la conjoncture : les autorités de concurrence sont généralement sensibles à ce risque du fait de l’impact direct sur les consommateurs 

D’après le Baromètre de la Résilience mené par FTI Consulting auprès des entreprises du groupe G20, 30% des entreprises s’attendent à faire l’objet d’enquête des autorités au sujet de leurs pratiques commerciales et de leurs relations avec leurs clients dans les 12 prochains mois. Par ailleurs, 26% des entreprises anticipent une attention particulière des régulateurs sur des problématiques de position dominante et antitrust les concernant.

Si la plupart des entreprises possèdent déjà un programme de conformité aux règles de concurrence et un plan de réponse aux « dawn raids », il peut être utile d’ajuster ces plans au regard du contexte actuel caractérisé par un mode de travail hybride mêlant travail à distance et présence au bureau, ainsi que par un recours massif à de nouveaux moyens de communication.

Des formations, des exercices de mise en situation (« mock dawn raids »), voire des audits ciblés des boîtes de messagerie de fonctions particulièrement à risque sont autant de mesures qui peuvent être judicieusement organisées en collaboration avec les avocats et des experts en forensic informatique. Ces derniers sauront sensibiliser les parties prenantes aux enjeux liés aux saisies informatiques et mettre à disposition des logiciels de recherche et revue de données indispensables pour mener des audits internes efficaces ou réagir suite à une perquisition.  

Les entreprises qui comprennent les enjeux liés aux saisies informatiques et adoptent une approche proactive sauront mieux maîtriser les risques liés aux enquêtes concurrence. 

Les menaces de cybersécurité pèsent considérablement sur les entreprises et perturbent leur fonctionnement. Conformément au Baromètre de la Résilience instauré par FTI Consulting, 78% des entreprises du G20 interrogées dans le cadre de l’étude, estiment avoir subi le contrecoup d’une menace cyber sécurité au cours des 12 derniers mois.  

La crise sanitaire et l’organisation du travail qui en a résulté ont concouru à l’accroissement   de ce type de menaces, en ce sens qu’elles ont élargi la surface d’exposition des entreprises aux attaques.  

Le recours au télétravail dans l’urgence, le manque de sensibilisation des utilisateurs et l’accélération de la transformation digitale des entreprises, sont autant de facteurs qui ont accru les vulnérabilités des entreprises face aux cybercriminels.  

Au-delà de l’atteinte aux données de l’entreprise, les menaces cyber peuvent aussi toucher les données des tiers, et causer leur perte, leur détérioration ou leur altération. En France, 28% des entreprises admettent avoir subi une perte de données clients ou patients pendant les 12 derniers mois.   

Lorsqu’elles revêtent un caractère personnel, de telles données sont soumises à un encadrement strict de par le RGPD, et leur protection est un enjeu de première importance pour l’entreprise. La violation de ce type de données impose à l’entreprise de prendre de promptes mesures de sécurisation, de cartographie des données compromises et de notification afin de limiter les risques pour les personnes concernées, et de se prémunir contre les sanctions. N'oublions pas non plus qu’au-delà des aspects juridiques et réglementaires, un tel incident et l’exemplarité avec laquelle l’entreprise touchée le gèrera pourront avoir un impact particulièrement fort sur la réputation de l’entreprise.

Depuis l’entrée en vigueur du RGPD le 25 mai 2018, les autorités de contrôle - dont la CNIL en France - ont prononcé un nombre important de sanctions à l’encontre des entreprises non respectueuses du règlement et de la protection des données personnelles.  

Conscientes de l’accroissement constant des contrôles et des investigations en la matière, 29% des entreprises sondées en France s’attendent à faire l’objet d’une investigation ou d’un contrôle sur des problématiques de données personnelles sur les 12 prochains mois.

S’agissant des investigations en la matière, il est à préciser que la CNIL peut aussi bien les mener auprès de l’entreprise responsable du traitement que de ses sous-traitants (fournisseurs, prestataires de services, services externalisés…). Le recours à un sous-traitant n’exempte en effet pas l’entreprise de sa responsabilité quant à la protection des données personnelles.  

Toutefois, si l’on se réfère aux résultats du Baromètre de la Résilience de FTI Consulting, plus de la moitié des entreprises sondées (58%) admettent ne pas maîtriser les risques cyber engendrés par les tiers. De tels risques requièrent pourtant d’être contrôlés tout au long de la relation qui régit la sous-traitance des données personnelles et ce à travers des mécanismes et procédés avérés tels que les dispositifs de sélection des sous-traitants qui intègrent les enjeux de protection des données et de cybersécurité en amont (privacy by design), les programmes d’évaluation des tiers (Third party assessment), les audits, les politiques et protocoles de gouvernance et d’utilisation des données par les fournisseurs, etc. 

Les problématiques liées à la protection des données personnelles étant très liées aux évolutions technologiques et cyber, elles sont perpétuellement en évolution. La réglementation qui les régit n’ayant eu de cesse de s’affermir ces dernières années, les entreprises n’ont eu d’autre choix que de répondre aux nouvelles obligations qui leur incombent. Mais alors que certaines continuent à engager les actions correctives une fois les problématiques « privacy » survenues, d’autres se sont au contraire inscrites dans une logique de préparation et d’anticipation de sorte à repérer les sujets, les risques et les potentiels blocages suffisamment tôt et à les gérer en amont de leur survenance.

En France, c’est la moitié des entreprises interrogées qui se disent proactives dans le traitement des sujets liés aux données personnelles.  

Une démarche anticipative et préventive en matière de « privacy » s’inscrit parfaitement dans le processus de résilience dans la mesure où elle requiert de (d’) :    

  • Mettre en œuvre une bonne gouvernance de l’information (qualité des données, cartographie des données/ data lineage, …) 
  • Implanter une bonne hygiène SI (processus et procédures SI, renforcement de la sécurité, contrôles informatiques, …) 
  • Mettre en place une veille active sur les risques et menaces cyber pour s’en prémunir, mais aussi sur les sujets émergents en matière de « privacy » et l’évolution des dispositions réglementaires pour s’adapter rapidement aux changements… 
  • Sensibiliser son personnel à la protection des données de sorte à promouvoir « une culture privacy » au sein de l’entreprise  
  • Porter une attention particulière aux risques liés à la donnée personnelle lors de l’élaboration de nouveaux produits, de l’instauration de nouveaux projets… (application de la logique de privacy by design) 
  • S’équiper des technologies et des outils adaptés et s’entourer des compétences qui permettraient de répondre efficacement aux éventuels incidents.

En France, 66% des entreprises confirment que les sujets liés aux données personnelles ont influencé (impacté) leurs décisions relatives aux opérations de fusion-acquisition.   

Les problématiques liées à la protection des données personnelles sont génératrices d’importants risques pour l’entreprise (risque de sanction financière, risque de non-conformité, risque d’image, ...).   

Ces risques sont tels que ces problématiques sont intégrées dans l’étude et la prise de décision relatives à des sujets tels que les opérations de fusion-acquisition. Dans ce contexte particulier, l’axe « privacy » semble être d’une importance telle que  les 2/3 des entreprises sondées en France reconnaissent que les problématiques liées à la protection des données ont eu un impact sur leur stratégie M&A.   

Les opérations de fusion-acquisition nécessitent en effet de se pencher longuement sur les risques, lors la due diligence, pour formuler les choix (réaliser le deal ou y renoncer) et/ou pour mener à bien la négociation. Dans ce sens, il peut être opportun de réaliser des audits et investigations sur les thématiques « privacy » et sur les obligations en matière de RGPD, ce qui permettra d’apprécier correctement le risque de non-conformité. Ces audits et investigations pourront notamment porter sur le registre des traitements, sur les contrats de sous-traitance, sur les risques liés aux tiers (third-party assessments), sur la mise en œuvre des politiques (politique des données personnelles, politique d’information des clients, politique de cybersécurité, …) et s’avèreront d’une grande utilité dans la prise de décision. Lorsque la décision de réaliser le deal est maintenue, les résultats de l’audit permettront d’orienter ses modalités (prix de la transaction, responsabilités de chacun, modifications et changements à apporter avant de réaliser le deal, …).

Et le sujet Privacy ne s’arrête pas à la clôture de l’opération car les deux entités devront ensuite continuer de travailler à harmoniser et opérationnaliser leurs démarches de mise en conformité.  

Les entreprises sont confrontées à de nouveaux défis liés à l'utilisation de nouveaux outils de collaboration et à un environnement de travail à distance.  

En effet, 27% des entreprises interrogées ont déclaré qu'il est difficile de mener des investigations dans le contexte du télétravail. 

Or les occasions d’investiguer des cas de fraude, de pratiques illégales et de comportements inappropriés ne se sont pas taries avec la crise sanitaire, loin de là.

Les défis se sont accrus dès lors que les employés sont passés au télétravail et ont donc adopté des solutions de collaboration et de production telles que Teams, Zoom, OneDrive ou Slack qui se sont avérées être des outils nécessaires à la continuité de l’activité.  

Cela a conduit à une augmentation des types et des volumes de données potentiellement utilisées comme preuves lors d’investigations. 

Le télétravail a également rendu plus difficile pour les entreprises la collecte de preuves électroniques, car certaines données pertinentes se retrouvent désormais stockées dans des appareils, professionnels voire parfois personnels (BYOD), physiquement localisés au domicile des employés.  

Ces données deviennent donc moins accessibles, d’autant plus qu’elles sont généralement sur des réseaux à plus faible débit que le réseau de l’entreprise. 

Ces facteurs ont accru le besoin et la demande d'expertise technique approfondie et ont nécessité de repenser sa stratégie d’investigation. 

Le traitement médiatique d’une ampleur inédite de la pandémie de la Covid-19 et l’affirmation de nouveaux risques pour les entreprises (attaques de leurs systèmes informatiques, changement climatique, etc.)  ont bouleversé la manière dont les dirigeants appréhendent le risque réputationnel. D’après le Baromètre de la Résilience réalisé par FTI Consulting auprès des dirigeants d’entreprises du G20, 75% d'entre eux ont dû prendre pendant la crise des décisions ayant de potentielles conséquences sur la réputation de leur société, avec le risque d’être directement confronté au tribunal de l’opinion publique. 

Or, si les pays du G20 semblent revenir à une relative ‘normalité’ grâce à l’avancée de leurs programmes de vaccination, les entreprises estiment que certains sujets resteront au cœur de l’attention médiatique dans les 12 prochains mois.  Les dirigeants des entreprises françaises ont identifié parmi ces thématiques clés pour leur réputation : l’utilisation des aides gouvernementales, les attaques et vulnérabilités de leurs systèmes informatiques, le bien-être des collaborateurs post crise et enfin la confidentialité des données (data privacy). 

Ce contexte a conduit les dirigeants à une réelle prise de conscience des risques liés à une préparation insuffisante à la gestion de crise, et ils ont ainsi initié de nouvelles réflexions en termes d’anticipation des communications sensibles. C’est ainsi que 97% des dirigeants interrogés affirment qu’ils investiront dans des programmes divers de préparation à la crise au cours des douze prochains mois. En France, la mise à jour des plans de continuité opérationnels (38%), les programmes d’identification et de préparation aux risques (38%), et la gestion du risque cyber (39%) viennent en tête des principales préoccupations en la matière.

La question des relations avec les pouvoirs publics et plus largement de la place de l’entreprise dans l’espace public est plus que jamais au cœur des préoccupations des dirigeants. Près du tiers des dirigeants estime que les gouvernements et politiques mais aussi les régulateurs pourraient fortement impacter la performance ou les plans stratégiques de leur société.  

La pandémie a modifié la dynamique de la relation entre les pouvoirs publics et le secteur privé, le soutien par les plans de relance étant parfois conditionné à des engagements sociaux ou environnementaux et les attentes concernant les contributions sociétales des entreprises étant plus élevées que jamais. Cette tendance devrait encore s'accélérer en 2022. Parmi les entreprises françaises interrogées par FTI Consulting, 71% ont déclaré être soumises à une pression plus importante à démontrer la solidité de leurs politiques de responsabilité lorsqu’elles reçoivent des aides ou subventions étatiques. 

Reflétant la prise de conscience de l'évolution des attentes politiques et sociétales, 84 % des chefs d'entreprise français affirment que les entreprises doivent être gérées dans l'intérêt de toutes les parties prenantes, et pas seulement des actionnaires. En outre, 70% de ces chefs d’entreprise estiment avoir la responsabilité de communiquer leurs opinions sur des sujets sociaux et politiques. La prise en compte de la nécessité de nouer un dialogue avec ses parties prenantes sur le rôle de l’entreprise dans la société, montre que la plupart de nos dirigeants sont désormais décidés à s’engager publiquement de manière proactive et cohérente. 

Que ce soit en raison de la pandémie, de l'urgence climatique et environnementale ou encore des débats qui traversent la société, la thématique de la durabilité est désormais fortement ancrée dans l’opinion française mais aussi internationale. 

Au sein des entreprises, l’ESG n’est plus une préoccupation annexe. Elle constitue désormais une composante majeure de la stratégie business et est prise en compte sur l’ensemble de la chaîne de valeur.  Plus d’un tiers des chefs d’entreprise déclarent être soumis à une pression extrême pour améliorer la performance ESG de leur société. D’ailleurs, 30% des entreprises interrogées s’attendent à faire l’objet d’une enquête de la part d’organismes réglementaires ou gouvernementaux au cours des douze prochains mois concernant leurs pratiques ESG, et 30% ont également déclaré souhaiter conclure dans l’année à venir une opération de M&A leur permettant de s’améliorer en la matière. 

En réponse à cette attention accrue de l’ensemble de leurs parties prenantes, 95% des entreprises du G20 ont renforcé leurs engagements en termes d’ESG sur les 12 derniers mois. Leurs actions se sont principalement concentrées sur la mise en place de mesures visant à mettre en place un management de qualité (42%), à mieux gérer leurs ressources (38%) et à réduire leur impact environnemental (37%). En France, les chefs d'entreprise reconnaissent cependant qu’ils doivent faire plus en matière de plan d’action climat (29%), de stratégie de durabilité intégrée (27%), de l’attraction et de la rétention des talents (25%) et du reporting ESG (23%). 

Autumn 2021 Resilience Barometer®

The latest Resilience Barometer® data reveals that socio-economic fault lines exposed by COVID-19 are creating an unforgiving marketplace. Economic disruption, government support schemes, social change and climate crisis are driving relentless scrutiny of companies from governments and the public, with little room to avoid disputes and investigations into business practices and behaviour.

DOWNLOAD

Baromètre de la Résilience®

Les dernières données du Baromètre de la Résilience® dévoilent des bouleversements économiques et sociétaux accélérés par la COVID-19.  L’étude identifie comme chaque année les principaux risques et défis auxquels les chefs d’entreprises des pays du G20 sont confrontés et analyse leur niveau de préparation.

DOWNLOAD >

INSIGHTS

slide left

Polémiques, risques politiques et enjeux de réputation : quelle place pour la subjectivité dans le contrôle des investissements étrangers ?

Par Guillaume Granier, Senior Managing Director, Cosme Julien Madoni, Senior Director, et Mathilde Jean, Director, FTI Consulting

READ MORE >

Beyond the Pandemic: EMEA Data and Discovery Roundtable

Many organisations are worried about IP theft, data privacy breaches and compliance violations that may occur while employees are dispersed and working from home. What can companies do to mitigate this new landscape of risk—both while their employees continue to work remotely and when they begin to return to the office?

READ MORE >

Déploiement des politiques ESG : le CAC 40 parmi les leaders en Europe

La pression croissante des investisseurs pour que les entreprises mènent des politiques ESG efficaces a conduit FTI Consulting à analyser leur déploiement au sein des grands indices européens. L’engagement ESG des entreprises est-il assorti d’un programme complet, d’objectifs tangibles et mesurables ainsi que d’un suivi efficace ? Quels sont les progrès accomplis en 2020 ? Où se situe la France en comparaison de ses voisins européens ?

READ MORE >

Les Cles du Succes du Digital CEO

Les grandes entreprises utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux comme canal de communication privilégié à destination de leurs parties prenantes, clients, employés ou investisseurs, une tendance qui s’est accélérée au cours de la dernière décennie à travers l’utilisation de plateformes comme Twitter, LinkedIn, Facebook ou Instagram.

READ MORE >

Internal Investigations “à la Française

In France, an internal investigation can introduce an array of key challenges for in-house and outside counsel who will need forensic technology experts to navigate new data challenges and ensure their internal investigation obligations are aligned with new guidelines released by the France National Bar Council (CNB).

READ MORE >

Evolutions de la perception de l’ESG par les investisseurs institutionnels pendant la crise de la COVID-19

La pandémie de COVID-19 a eu des répercussions considérables sur la santé publique, les comportements individuels et l’économie mondiale. Au cours de cette période, l’importance de l’ESG a été soulignée tant par les entreprises que par les pouvoirs publics, les investisseurs ou les médias.

READ MORE >
slide right